Anmelden (DTAQ) DWDS     dlexDB     CLARIN-D

Fontane, Theodor: Wanderungen durch die Mark Brandenburg. Bd. 2: Das Oderland. Berlin, 1863.

Bild:
<< vorherige Seite

de personnes que mon devoir m'oblige de rendre heureuses. Je crois que
Vous pouvez Vous meme manquer du necessaire et cette consideration
m'a engage surtout a Vous bonifier incessement le tort que nous Vous
avons fait par nos fourages. J'espere que Vous prendrez cette attention
comme une marque de l'estime avec laquelle je suis, Madame, Votre
affectionne ami

Federic.
II.

J'ai recu avec plaisir Votre lettre du 1er de ce mois, par laquelle
Vous me temoignez Votre reconnaissance de la somme que je Vous ai
fait remettre en dernier lieu a titre d'indemnisation et quoique je sou-
haiterois d'aider des a present Vos paysans pour les remettre en train,
selon que Vous m'en priez, je me vois cependant oblige de differer la-
dessus mes bonnes intentions, jusqu'a ce que les Russes soyent entiere-
ment hors du pays, apres quoi je ferai pour eux ce que mes facultes
voudront pour lors me permettre. Sur ce je prie Dieu, qu'il Vous ai en
sa sainte et digne garde. A Schönfeld pres de Dresde ce 17. de Sep-
tember 1758.

Federic.
III.

La lettre que Vous avez voulu me faire le 8. de ce mois m'est
bien parvenue. Vous pouvez etre persuadee, que je suis veritablement
penetre de la situation ou Vous vous trouvez et que je ressentirois la
plus sensible satisfaction, si je pouvois Vous soulager autant que je le
souhaiterois. Mais je Vous donne a penser, si, pendant que je suis hors
d'etat de faire payer les appointements et les pensions de l'etat civil, je
puis avoir des capitaux a placer sur interets. Si j'avais de l'argent a
avancer, Vous pouvez compter que je Vous fournirois la somme que
Vous demandez, non a deux pour cent, mais sans aucun interet. Les
fraix de la guerre presente me lient trop les mains de sorte que ma
bonne intention ne sauroit etre secondee des effets. Le soulagement de
la nouvelle Marche en general et de la ville de Cüstrin, m'a deja coute
les derniers efforts et je suis hors d'etat de pouvoir pousser plus avant.
Selon mon avis, je crois que Vous feriez bien de ne songer pendant les
circonstances presentes qu'a faire vivoter Vos gens, pour ainsi dire du
jour a la journee et tacher d'ensemencer Vos terres sans penser a d'autres
retablissemens mais de les suspendre entierement jusqu'a la conclusion
de la paix. Sur ce je prie Dieu qu'il Vous ait en sa sainte et digne
garde.

a Breslau le 14. Janvier 1759.

Darunter eigenhändig:

Vous vous representez Madame les choses bien differentes qu'elles
ne sont. Songez que depuis un an je ne peux payer ni gages ni pen-

de personnes que mon devoir m’oblige de rendre heureuses. Je crois que
Vous pouvez Vous même manquer du nécessaire et cette considération
m’a engagé surtout à Vous bonifier incessement le tort que nous Vous
avons fait par nos fourages. J’espère que Vous prendrez cette attention
comme une marque de l’estime avec laquelle je suis, Madame, Votre
affectionné ami

Féderic.
II.

J’ai reçu avec plaisir Votre lettre du 1er de ce mois, par laquelle
Vous me témoignez Votre reconnaissance de la somme que je Vous ai
fait remettre en dernier lieu à titre d’indemnisation et quoique je sou-
haiterois d’aider dès à présent Vos paysans pour les remettre en train,
selon que Vous m’en priez, je me vois cependant obligé de différer la-
dessus mes bonnes intentions, jusqu’à ce que les Russes soyent entière-
ment hors du pays, après quoi je ferai pour eux ce que mes facultés
voudront pour lors me permettre. Sur ce je prie Dieu, qu’il Vous ai en
sa sainte et digne garde. A Schönfeld près de Dresde ce 17. de Sep-
tember 1758.

Féderic.
III.

La lettre que Vous avez voulu me faire le 8. de ce mois m’est
bien parvenue. Vous pouvez être persuadée, que je suis véritablement
pénétré de la situation où Vous vous trouvez et que je ressentirois la
plus sensible satisfaction, si je pouvois Vous soulager autant que je le
souhaiterois. Mais je Vous donne à penser, si, pendant que je suis hors
d’état de faire payer les appointements et les pensions de l’état civil, je
puis avoir des capitaux à placer sur intérêts. Si j’avais de l’argent à
avancer, Vous pouvez compter que je Vous fournirois la somme que
Vous demandez, non à deux pour cent, mais sans aucun intérêt. Les
fraix de la guerre présente me lient trop les mains de sorte que ma
bonne intention ne sauroit être secondée des effets. Le soulagement de
la nouvelle Marche en général et de la ville de Cüstrin, m’a déjà couté
les derniers efforts et je suis hors d’état de pouvoir pousser plus avant.
Selon mon avis, je crois que Vous feriez bien de ne songer pendant les
circonstances présentes qu’à faire vivoter Vos gens, pour ainsi dire du
jour à la journée et tâcher d’ensemencer Vos terres sans penser à d’autres
rétablissemens mais de les suspendre entièrement jusqu’à la conclusion
de la paix. Sur ce je prie Dieu qu’il Vous ait en sa sainte et digne
garde.

à Breslau le 14. Janvier 1759.

Darunter eigenhändig:

Vous vous représentez Madame les choses bien différentes qu’elles
ne sont. Songez que depuis un an je ne peux payer ni gages ni pen-

<TEI>
  <text>
    <body>
      <div n="1">
        <div n="2">
          <div n="3">
            <div n="4">
              <p> <hi rendition="#aq"><pb facs="#f0533" n="521"/>
de personnes que mon devoir m&#x2019;oblige de rendre heureuses. Je crois que<lb/>
Vous pouvez Vous même manquer du nécessaire et cette considération<lb/>
m&#x2019;a engagé surtout à Vous bonifier incessement le tort que nous Vous<lb/>
avons fait par nos fourages. J&#x2019;espère que Vous prendrez cette attention<lb/>
comme une marque de l&#x2019;estime avec laquelle je suis, Madame, Votre<lb/>
affectionné ami</hi> </p>
              <closer>
                <salute> <hi rendition="#aq"><hi rendition="#g">Féderic</hi>.</hi> </salute>
              </closer>
            </div><lb/>
            <div n="4">
              <head> <hi rendition="#aq">II.</hi> </head><lb/>
              <p> <hi rendition="#aq">J&#x2019;ai reçu avec plaisir Votre lettre du 1er de ce mois, par laquelle<lb/>
Vous me témoignez Votre reconnaissance de la somme que je Vous ai<lb/>
fait remettre en dernier lieu à titre d&#x2019;indemnisation et quoique je sou-<lb/>
haiterois d&#x2019;aider dès à présent Vos paysans pour les remettre en train,<lb/>
selon que Vous m&#x2019;en priez, je me vois cependant obligé de différer la-<lb/>
dessus mes bonnes intentions, jusqu&#x2019;à ce que les Russes soyent entière-<lb/>
ment hors du pays, après quoi je ferai pour eux ce que mes facultés<lb/>
voudront pour lors me permettre. Sur ce je prie Dieu, qu&#x2019;il Vous ai en<lb/>
sa sainte et digne garde. A Schönfeld près de Dresde ce 17. de Sep-<lb/>
tember 1758.</hi> </p><lb/>
              <closer>
                <salute> <hi rendition="#et"> <hi rendition="#aq"><hi rendition="#g">Féderic</hi>.</hi> </hi> </salute>
              </closer>
            </div><lb/>
            <div n="4">
              <head> <hi rendition="#aq">III.</hi> </head><lb/>
              <p> <hi rendition="#aq">La lettre que Vous avez voulu me faire le 8. de ce mois m&#x2019;est<lb/>
bien parvenue. Vous pouvez être persuadée, que je suis véritablement<lb/>
pénétré de la situation où Vous vous trouvez et que je ressentirois la<lb/>
plus sensible satisfaction, si je pouvois Vous soulager autant que je le<lb/>
souhaiterois. Mais je Vous donne à penser, si, pendant que je suis hors<lb/>
d&#x2019;état de faire payer les appointements et les pensions de l&#x2019;état civil, je<lb/>
puis avoir des capitaux à placer sur intérêts. Si j&#x2019;avais de l&#x2019;argent à<lb/>
avancer, Vous pouvez compter que je Vous fournirois la somme que<lb/>
Vous demandez, non à deux pour cent, mais sans aucun intérêt. Les<lb/>
fraix de la guerre présente me lient trop les mains de sorte que ma<lb/>
bonne intention ne sauroit être secondée des effets. Le soulagement de<lb/>
la nouvelle Marche en général et de la ville de Cüstrin, m&#x2019;a déjà couté<lb/>
les derniers efforts et je suis hors d&#x2019;état de pouvoir pousser plus avant.<lb/>
Selon mon avis, je crois que Vous feriez bien de ne songer pendant les<lb/>
circonstances présentes qu&#x2019;à faire vivoter Vos gens, pour ainsi dire du<lb/>
jour à la journée et tâcher d&#x2019;ensemencer Vos terres sans penser à d&#x2019;autres<lb/>
rétablissemens mais de les suspendre entièrement jusqu&#x2019;à la conclusion<lb/>
de la paix. Sur ce je prie Dieu qu&#x2019;il Vous ait en sa sainte et digne<lb/>
garde.</hi> </p><lb/>
              <p> <hi rendition="#aq">à Breslau le 14. Janvier 1759.</hi> </p><lb/>
              <p>Darunter eigenhändig:</p><lb/>
              <p> <hi rendition="#aq">Vous vous représentez Madame les choses bien différentes qu&#x2019;elles<lb/>
ne sont. Songez que depuis un an je ne peux payer ni gages ni pen-<lb/></hi> </p>
            </div>
          </div>
        </div>
      </div>
    </body>
  </text>
</TEI>
[521/0533] de personnes que mon devoir m’oblige de rendre heureuses. Je crois que Vous pouvez Vous même manquer du nécessaire et cette considération m’a engagé surtout à Vous bonifier incessement le tort que nous Vous avons fait par nos fourages. J’espère que Vous prendrez cette attention comme une marque de l’estime avec laquelle je suis, Madame, Votre affectionné ami Féderic. II. J’ai reçu avec plaisir Votre lettre du 1er de ce mois, par laquelle Vous me témoignez Votre reconnaissance de la somme que je Vous ai fait remettre en dernier lieu à titre d’indemnisation et quoique je sou- haiterois d’aider dès à présent Vos paysans pour les remettre en train, selon que Vous m’en priez, je me vois cependant obligé de différer la- dessus mes bonnes intentions, jusqu’à ce que les Russes soyent entière- ment hors du pays, après quoi je ferai pour eux ce que mes facultés voudront pour lors me permettre. Sur ce je prie Dieu, qu’il Vous ai en sa sainte et digne garde. A Schönfeld près de Dresde ce 17. de Sep- tember 1758. Féderic. III. La lettre que Vous avez voulu me faire le 8. de ce mois m’est bien parvenue. Vous pouvez être persuadée, que je suis véritablement pénétré de la situation où Vous vous trouvez et que je ressentirois la plus sensible satisfaction, si je pouvois Vous soulager autant que je le souhaiterois. Mais je Vous donne à penser, si, pendant que je suis hors d’état de faire payer les appointements et les pensions de l’état civil, je puis avoir des capitaux à placer sur intérêts. Si j’avais de l’argent à avancer, Vous pouvez compter que je Vous fournirois la somme que Vous demandez, non à deux pour cent, mais sans aucun intérêt. Les fraix de la guerre présente me lient trop les mains de sorte que ma bonne intention ne sauroit être secondée des effets. Le soulagement de la nouvelle Marche en général et de la ville de Cüstrin, m’a déjà couté les derniers efforts et je suis hors d’état de pouvoir pousser plus avant. Selon mon avis, je crois que Vous feriez bien de ne songer pendant les circonstances présentes qu’à faire vivoter Vos gens, pour ainsi dire du jour à la journée et tâcher d’ensemencer Vos terres sans penser à d’autres rétablissemens mais de les suspendre entièrement jusqu’à la conclusion de la paix. Sur ce je prie Dieu qu’il Vous ait en sa sainte et digne garde. à Breslau le 14. Janvier 1759. Darunter eigenhändig: Vous vous représentez Madame les choses bien différentes qu’elles ne sont. Songez que depuis un an je ne peux payer ni gages ni pen-

Suche im Werk

Hilfe

Informationen zum Werk

Download dieses Werks

XML (TEI P5) · HTML · Text
TCF (text annotation layer)
TCF (tokenisiert, serialisiert, lemmatisiert, normalisiert)
XML (TEI P5 inkl. att.linguistic)

Metadaten zum Werk

TEI-Header · CMDI · Dublin Core

Ansichten dieser Seite

Voyant Tools ?

Language Resource Switchboard?

Feedback

Sie haben einen Fehler gefunden? Dann können Sie diesen über unsere Qualitätssicherungsplattform DTAQ melden.

Kommentar zur DTA-Ausgabe

Fontanes \"Wanderungen\" erschienen zuerst in For… [mehr]

Dieses Werk wurde gemäß den DTA-Transkriptionsrichtlinien im Double-Keying-Verfahren von Nicht-Muttersprachlern erfasst und in XML/TEI P5 nach DTA-Basisformat kodiert.




Ansicht auf Standard zurückstellen

URL zu diesem Werk: http://www.deutschestextarchiv.de/fontane_brandenburg02_1863
URL zu dieser Seite: http://www.deutschestextarchiv.de/fontane_brandenburg02_1863/533
Zitationshilfe: Fontane, Theodor: Wanderungen durch die Mark Brandenburg. Bd. 2: Das Oderland. Berlin, 1863, S. 521. In: Deutsches Textarchiv <http://www.deutschestextarchiv.de/fontane_brandenburg02_1863/533>, abgerufen am 07.04.2020.