Anmelden (DTAQ) DWDS     dlexDB     CLARIN-D

Chamisso, Adelbert von: MERVEILLEUSE HISTOIRE DE PIERRE SCHLÉMIHL. Paris, 1838.

Bild:
<< vorherige Seite
III.

De quoi serviraient des ailes a qui gemirait
dans les fers, elles ne feraient qu'accroeitre son
desespoir. J'etais, comme le dragon qui couve
son tresor, depourvu de toute consolation hu-
maine, et miserable au sein de mes richesses;
je les maudissais comme une barriere qui me
separait du reste des mortels. Seul, renfermant
au-dedans de moi-meme mon funeste secret, re-
duit a craindre le moindre de mes valets, et a
envier son sort, car il pouvait se montrer au
soleil et reflechir devant lui son ombre, j'aigris-
sais ma douleur en y revant sans cesse. Je ne
sortais ni jour ni nuit de mon appartement; le
desespoir peu a peu s'emparait de mon coeur,
il le brisait, il allait l'aneantir.

J'avais un ami cependant, qui, sous mes
yeux, se consumait aussi de chagrin: c'etait mon
fidele Bendel, qui ne cessait de s'accuser d'avoir
trompe ma confiance en ne reconnaissant pas
l'homme dont je l'avais charge de s'informer, et

2*
III.

De quoi serviraient des ailes à qui gémirait
dans les fers, elles ne feraient qu’accroître son
désespoir. J’étais, comme le dragon qui couve
son trésor, dépourvu de toute consolation hu-
maine, et misérable au sein de mes richesses;
je les maudissais comme une barrière qui me
séparait du reste des mortels. Seul, renfermant
au-dedans de moi-même mon funeste secret, ré-
duit à craindre le moindre de mes valets, et à
envier son sort, car il pouvait se montrer au
soleil et réfléchir devant lui son ombre, j’aigris-
sais ma douleur en y rêvant sans cesse. Je ne
sortais ni jour ni nuit de mon appartement; le
désespoir peu à peu s’emparait de mon coeur,
il le brisait, il allait l’anéantir.

J’avais un ami cependant, qui, sous mes
yeux, se consumait aussi de chagrin: c’était mon
fidèle Bendel, qui ne cessait de s’accuser d’avoir
trompé ma confiance en ne reconnaissant pas
l’homme dont je l’avais chargé de s’informer, et

2*
<TEI>
  <text>
    <body>
      <pb facs="#f0043" n="[25]"/>
      <div n="1">
        <head> <hi rendition="#b">III.</hi> </head><lb/>
        <p><hi rendition="#in">D</hi>e quoi serviraient des ailes à qui gémirait<lb/>
dans les fers, elles ne feraient qu&#x2019;accroître son<lb/>
désespoir. J&#x2019;étais, comme le dragon qui couve<lb/>
son trésor, dépourvu de toute consolation hu-<lb/>
maine, et misérable au sein de mes richesses;<lb/>
je les maudissais comme une barrière qui me<lb/>
séparait du reste des mortels. Seul, renfermant<lb/>
au-dedans de moi-même mon funeste secret, ré-<lb/>
duit à craindre le moindre de mes valets, et à<lb/>
envier son sort, car il pouvait se montrer au<lb/>
soleil et réfléchir devant lui son ombre, j&#x2019;aigris-<lb/>
sais ma douleur en y rêvant sans cesse. Je ne<lb/>
sortais ni jour ni nuit de mon appartement; le<lb/>
désespoir peu à peu s&#x2019;emparait de mon coeur,<lb/>
il le brisait, il allait l&#x2019;anéantir.</p><lb/>
        <p>J&#x2019;avais un ami cependant, qui, sous mes<lb/>
yeux, se consumait aussi de chagrin: c&#x2019;était mon<lb/>
fidèle Bendel, qui ne cessait de s&#x2019;accuser d&#x2019;avoir<lb/>
trompé ma confiance en ne reconnaissant pas<lb/>
l&#x2019;homme dont je l&#x2019;avais chargé de s&#x2019;informer, et<lb/>
<fw place="bottom" type="sig">2*</fw><lb/></p>
      </div>
    </body>
  </text>
</TEI>
[[25]/0043] III. De quoi serviraient des ailes à qui gémirait dans les fers, elles ne feraient qu’accroître son désespoir. J’étais, comme le dragon qui couve son trésor, dépourvu de toute consolation hu- maine, et misérable au sein de mes richesses; je les maudissais comme une barrière qui me séparait du reste des mortels. Seul, renfermant au-dedans de moi-même mon funeste secret, ré- duit à craindre le moindre de mes valets, et à envier son sort, car il pouvait se montrer au soleil et réfléchir devant lui son ombre, j’aigris- sais ma douleur en y rêvant sans cesse. Je ne sortais ni jour ni nuit de mon appartement; le désespoir peu à peu s’emparait de mon coeur, il le brisait, il allait l’anéantir. J’avais un ami cependant, qui, sous mes yeux, se consumait aussi de chagrin: c’était mon fidèle Bendel, qui ne cessait de s’accuser d’avoir trompé ma confiance en ne reconnaissant pas l’homme dont je l’avais chargé de s’informer, et 2*

Suche im Werk

Hilfe

Informationen zum Werk

Download dieses Werks

XML (TEI P5) · HTML · Text
TCF (text annotation layer)
TCF (tokenisiert, serialisiert, lemmatisiert, normalisiert)
XML (TEI P5 inkl. att.linguistic)

Metadaten zum Werk

TEI-Header · CMDI · Dublin Core

Ansichten dieser Seite

Voyant Tools ?

Language Resource Switchboard?

Feedback

Sie haben einen Fehler gefunden? Dann können Sie diesen über unsere Qualitätssicherungsplattform DTAQ melden.

Kommentar zur DTA-Ausgabe

Dieses Werk wurde im Rahmen des Moduls DTA-Erweiterungen (DTAE) digitalisiert. Weitere Informationen …




Ansicht auf Standard zurückstellen

URL zu diesem Werk: https://www.deutschestextarchiv.de/19_ZZ_2786
URL zu dieser Seite: https://www.deutschestextarchiv.de/19_ZZ_2786/43
Zitationshilfe: Chamisso, Adelbert von: MERVEILLEUSE HISTOIRE DE PIERRE SCHLÉMIHL. Paris, 1838, S. [25]. In: Deutsches Textarchiv <https://www.deutschestextarchiv.de/19_ZZ_2786/43>, abgerufen am 06.02.2023.