Anmelden (DTAQ) DWDS     dlexDB     CLARIN-D

Brockes, Barthold Heinrich: Herrn B. H. Brockes, [...] verdeutschte Grund-Sätze der Welt-Weisheit, des Herrn Abts Genest. Bd. 3. 2. Aufl. Hamburg, 1730.

Bild:
<< vorherige Seite
Du Soleil, des Planetes, du Firmament.
Ce qui frappe le plus nos yeux & nos Esprits,
Ce sont les clairs Flambeaux des Voutes etherees:
Les uns sont attachez au celeste Lambris,
Les autres nous font voir des Courses mesurees;
Les uns brillent toujours de leurs propres clartez;
Les autres sont brillans par des feux empruntez.


C'est le Soleil, qui regne, & par sa vive flame
Du Monde Elementaire il est la Vie & l'Ame,
Il semble decrire en son Cours,
Et le Cercle annuel, & les Cercles des jours.
Avec l'Astre des Nuits les Etoiles errantes,
Se montrent a nos yeux sous des formes changeantes,
Et le sublime Ciel, ou notre oeil est borne,
Est de Feux infinis superbement orne.


Le grand Astre paroeit une mouvante Sphere,
Il n'est rien, qu'il n'echauffe, il n'est rien, qu'il n'eclaire.
Elancant de son Globe un Feu brillant & pur,
Percant l'Espace entier du transparant azur,
On le voit sans relache imprimer sa puissance
Sur tous les Elemens, de son Feu penetrez,
Sur tous les Corps, par lui seul eclairez.


Autour de nous occupant notre vaue
Et du vaste Horison parcourant l'etendue,
C
Du Soleil, des Planetes, du Firmament.
Ce qui frappe le plus nos yeux & nos Eſprits,
Ce ſont les clairs Flambeaux des Voutes étherées:
Les uns ſont attachez au celeſte Lambris,
Les autres nous font voir des Courſes meſurées;
Les uns brillent toujours de leurs propres clartez;
Les autres ſont brillans par des feux empruntez.


C’eſt le Soleil, qui regne, & par ſa vive flame
Du Monde Elementaire il eſt la Vie & l’Ame,
Il ſemble décrire en ſon Cours,
Et le Cercle annuel, & les Cercles des jours.
Avec l’Aſtre des Nuits les Etoiles errantes,
Se montrent à nos yeux ſous des formes changeantes,
Et le ſublime Ciel, où notre oeil eſt borné,
Eſt de Feux infinis ſuperbement orné.


Le grand Aſtre paroît une mouvante Sphere,
Il n’eſt rien, qu’il n’echauffe, il n’eſt rien, qu’il n’éclaire.
Elançant de ſon Globe un Feu brillant & pur,
Perçant l’Eſpace entier du tranſparant azur,
On le voit ſans rélache imprimer ſa puiſſance
Sur tous les Elemens, de ſon Feu penetrez,
Sur tous les Corps, par lui ſeul éclairez.


Autour de nous occupant notre vûe
Et du vaſte Horiſon parcourant l’étendue,
C
<TEI>
  <text>
    <body>
      <div n="1">
        <div n="1">
          <div n="2">
            <div n="3">
              <pb facs="#f0212" n="182"/>
              <fw place="top" type="header"> <hi rendition="#aq"> <hi rendition="#k">Du Soleil, des Planetes, du Firmament.</hi> </hi> </fw><lb/>
              <lg type="poem">
                <l> <hi rendition="#aq">Ce qui frappe le plus nos yeux &amp; nos E&#x017F;prits,</hi> </l><lb/>
                <l> <hi rendition="#aq">Ce &#x017F;ont les clairs Flambeaux des Voutes étherées:</hi> </l><lb/>
                <l> <hi rendition="#aq">Les uns &#x017F;ont attachez au cele&#x017F;te Lambris,</hi> </l><lb/>
                <l> <hi rendition="#aq">Les autres nous font voir des Cour&#x017F;es me&#x017F;urées;</hi> </l><lb/>
                <l> <hi rendition="#aq">Les uns brillent toujours de leurs propres clartez;</hi> </l><lb/>
                <l> <hi rendition="#aq">Les autres &#x017F;ont brillans par des feux empruntez.</hi> </l>
              </lg><lb/>
              <milestone rendition="#hr" unit="section"/><lb/>
              <lg type="poem">
                <l> <hi rendition="#aq"><hi rendition="#in">C</hi>&#x2019;e&#x017F;t le <hi rendition="#i">Soleil,</hi> qui regne, &amp; par &#x017F;a vive flame</hi> </l><lb/>
                <l> <hi rendition="#i">Du Monde Elementaire il e&#x017F;t la Vie &amp; l&#x2019;Ame,</hi> </l><lb/>
                <l> <hi rendition="#i">Il &#x017F;emble décrire en &#x017F;on Cours,</hi> </l><lb/>
                <l> <hi rendition="#i">Et le Cercle annuel, &amp; les Cercles des jours.</hi> </l><lb/>
                <l> <hi rendition="#i">Avec l&#x2019;A&#x017F;tre des Nuits les Etoiles errantes,</hi> </l><lb/>
                <l> <hi rendition="#i">Se montrent à nos yeux &#x017F;ous des formes changeantes,</hi> </l><lb/>
                <l> <hi rendition="#i">Et le &#x017F;ublime Ciel, où notre oeil e&#x017F;t borné,</hi> </l><lb/>
                <l> <hi rendition="#i">E&#x017F;t de Feux infinis &#x017F;uperbement orné.</hi> </l>
              </lg><lb/>
              <milestone rendition="#hr" unit="section"/><lb/>
              <lg type="poem">
                <l> <hi rendition="#aq"><hi rendition="#in">L</hi>e grand A&#x017F;tre paroît une mouvante Sphere,</hi> </l><lb/>
                <l>Il n&#x2019;e&#x017F;t rien, qu&#x2019;il n&#x2019;echauffe, il n&#x2019;e&#x017F;t rien, qu&#x2019;il n&#x2019;éclaire.</l><lb/>
                <l>Elançant de &#x017F;on Globe un Feu brillant &amp; pur,</l><lb/>
                <l>Perçant l&#x2019;E&#x017F;pace entier du tran&#x017F;parant azur,</l><lb/>
                <l>On le voit &#x017F;ans rélache imprimer &#x017F;a pui&#x017F;&#x017F;ance</l><lb/>
                <l>Sur tous les Elemens, de &#x017F;on Feu penetrez,</l><lb/>
                <l>Sur tous les Corps, par lui &#x017F;eul éclairez.</l>
              </lg><lb/>
              <milestone rendition="#hr" unit="section"/><lb/>
              <lg type="poem">
                <l> <hi rendition="#aq"><hi rendition="#in">A</hi>utour de nous occupant notre vûe</hi> </l><lb/>
                <l>Et du va&#x017F;te Hori&#x017F;on parcourant l&#x2019;étendue,</l>
              </lg><lb/>
              <fw place="bottom" type="catch"> <hi rendition="#aq">C</hi> </fw><lb/>
            </div>
          </div>
        </div>
      </div>
    </body>
  </text>
</TEI>
[182/0212] Du Soleil, des Planetes, du Firmament. Ce qui frappe le plus nos yeux & nos Eſprits, Ce ſont les clairs Flambeaux des Voutes étherées: Les uns ſont attachez au celeſte Lambris, Les autres nous font voir des Courſes meſurées; Les uns brillent toujours de leurs propres clartez; Les autres ſont brillans par des feux empruntez. C’eſt le Soleil, qui regne, & par ſa vive flame Du Monde Elementaire il eſt la Vie & l’Ame, Il ſemble décrire en ſon Cours, Et le Cercle annuel, & les Cercles des jours. Avec l’Aſtre des Nuits les Etoiles errantes, Se montrent à nos yeux ſous des formes changeantes, Et le ſublime Ciel, où notre oeil eſt borné, Eſt de Feux infinis ſuperbement orné. Le grand Aſtre paroît une mouvante Sphere, Il n’eſt rien, qu’il n’echauffe, il n’eſt rien, qu’il n’éclaire. Elançant de ſon Globe un Feu brillant & pur, Perçant l’Eſpace entier du tranſparant azur, On le voit ſans rélache imprimer ſa puiſſance Sur tous les Elemens, de ſon Feu penetrez, Sur tous les Corps, par lui ſeul éclairez. Autour de nous occupant notre vûe Et du vaſte Horiſon parcourant l’étendue, C

Suche im Werk

Hilfe

Informationen zum Werk

Download dieses Werks

XML (TEI P5) · HTML · Text
TCF (text annotation layer)
TCF (tokenisiert, serialisiert, lemmatisiert, normalisiert)
XML (TEI P5 inkl. att.linguistic)

Metadaten zum Werk

TEI-Header · CMDI · Dublin Core

Ansichten dieser Seite

Voyant Tools ?

Language Resource Switchboard?

Feedback

Sie haben einen Fehler gefunden? Dann können Sie diesen über unsere Qualitätssicherungsplattform DTAQ melden.

Kommentar zur DTA-Ausgabe

Dieses Werk wurde gemäß den DTA-Transkriptionsrichtlinien im Double-Keying-Verfahren von Nicht-Muttersprachlern erfasst und in XML/TEI P5 nach DTA-Basisformat kodiert.




Ansicht auf Standard zurückstellen

URL zu diesem Werk: https://www.deutschestextarchiv.de/brockes_vergnuegen03_1730
URL zu dieser Seite: https://www.deutschestextarchiv.de/brockes_vergnuegen03_1730/212
Zitationshilfe: Brockes, Barthold Heinrich: Herrn B. H. Brockes, [...] verdeutschte Grund-Sätze der Welt-Weisheit, des Herrn Abts Genest. Bd. 3. 2. Aufl. Hamburg, 1730, S. 182. In: Deutsches Textarchiv <https://www.deutschestextarchiv.de/brockes_vergnuegen03_1730/212>, abgerufen am 18.06.2021.